Cela faisait bien longtemps que je n'ai pas abordé ma rubrique Odyssée. Après mon périple à Isalo, voici un nouveau serial blogging qui va compter plusieurs posts bien répartis, sur ma destination préférée dans ma Grande Ile.
Si vous pensiez le savoir, alors vous n'aviez pas vraiment tort ni tout à fait raison. smile
Mais vous êtes prévenus, je ne citerai ma destination préférée que dans le dernier épisode, et je remercierai d'avance ceux qui devineront au fur et à mesure de jouer le jeu jusqu'au bout.

Le comment

Cette destination, je l'ai rêvée, rêve d'adolescente mûrie par la patience de qui sait attendre, je l'ai méritée comme aucune autre, et je l'ai vécue; en tant que Malagasy, en tant que passionnée du milieu marin, façon Madagascar naturellement, l'aventure AZ (comprendre: l'aventure avec un grand A, de A à Z smile). J'ai longtemps hésité avant de publier ce sujet, n'ayant pu garder beaucoup de photos de ce voyage qui m'est cher, les pellicules n'ayant pu résisté à une trop longue exposition au soleil, du temps où le numérique tout terrain n'existait pas encore. Mais une destination qui me tient à coeur, qu'on aimerait protéger jalousement. Alors autant en garder une trace écrite...

Soyons concise. Ce rêve est né d'une carte postale:

IMAGE0020

Carte postale de Madagascar - Photo: Gilles Gauthier

Au dos, j'y lis le lieu où ce cliché a été pris, mais le nom ne me dit rien, sans même pouvoir situer ce paradis au Nord, au Sud, à l'Est ou à l'Ouest. Où que cela puisse être, je connaîtrai un jour...
Qui n'ai-je pas saoûlé à l'époque de mes 20 ans, à demander si quelqu'un connaissait? smile Certes, j'aurais pu me contenter de prendre une carte de Madagascar, mais une personne au moins finirait bien par m'en parler.
Chose qui se produit enfin grâce à un collègue de ma mère que j'appellerai Fidy, qui a décidé de parcourir toute l'Ile Rouge pour trouver la femme de sa vie. Fort original n'est-ce pas? Il a dépensé son temps libre et son argent pour cette noble quête, à tel point qu'il connaît tous les tréfonds de son pays, jusqu'aux coins les plus insoupçonnés.

Fidy en est justement revenu et j'ai enfin pu placer ma destination de rêve sur une carte. Ce qu'il me décrit n'annonce alors pas un voyage aisé: piste ardue, destination lointaine et loin de toute ville, sans eau potable ni électricité, voire pas d'eau en bouteille, mais peuple chaleureux et un cadre magnifique.
Plusieurs détails qui n'ont pas réellement aidé pour rassurer mes parents, mais je me suis sentie sereine et prête.

Le quand

L'opportunité s'est présentée grâce au même couple d'amis docteurs dans le Sud de l'Ile qui nous a déjà  fait profiter de son réseau pour le voyage à Isalo. Le fils du propriétaire de l'unique hôtel s'y trouvant s'apprête à faire le voyage depuis Toliara (dans le Sud-Ouest) et accepte de nous emmener.
Nous? Quelle a d'abord été ma joie de l'annoncer à mes deux compagnons de voyage et ex-colocataires! Puis de désenchanter l'espace d'une seconde, car Lanto, avec qui j'ai fait l'Isalo, ne peut venir. Je vais donc me retrouver seule avec Zo, avec qui il faut le dire, j'ai beaucoup moins de complicité ou d'affinité, voire des divergences de mentalité et de points de vue. Cela ne nous a pas empêché de cohabiter sous un même toit car le trio forme alors un équilibre, mais je n'ai jamais voyagé seule en sa compagnie et la seule idée a laissé quelques secondes d'angoisse.

Zo a une fâcheuse tendance à vouloir tout imiter, ou à prouver on ne sait trop quoi, telle une ombre qui cherche en même temps à vous dépasser. Je n'ai jamais compris d'où cela peut venir, mais ce troublant mimétisme tout en revendiquant une certaine compétition m'a stressée à bien des égards pour cause de ras-le-bol!
Et pourtant, ce n'est pas faute d'avoir communiqué que je n'ai rien à prouver, si ce n'est de vivre mes 20 ans et mes rêves, avec une pure soif de liberté et strictement rien d'autre.

Mais je ne compte pas renoncer à mon rêve pour autant, je l'ai trop attendu pour hésiter maintenant, Lanto ne pouvant venir, et nos hommes trop absorbés à des occupations bassement matérielles... Voyager? Mais il y a mieux à faire! (laugh private joke)
Une dernière question réciproque entre Zo et moi:
- "Es-tu sûre et prête de vouloir le faire?"
- "Oui et toi?"
- "Oui moi aussi."

Le rendez-vous est pris à Toliara, par un beau jour ensoleillé, à never smile, neuf heures et demi.

IMAGE0019

>> Next: Le départ