26 Juin : c’est le type de date où je relis le post écrit à la même date de l’an passé.
Je ne reviendrai donc pas sur l’hymne national, tout de même chantonné le matin pour aller travailler, sur fond d’inspiration bien nationaliste (rare) en ce jour. Il n’y en a qu’un dans l’année, autant ne pas le rater !
En ce jour de fête nationale donc, je pensais ressortir mes arendrina, ces lampions portés traditionnellement par les enfants malgaches lors de la veillée du 25 Juin, éclairant de leurs feux de bougie les rues et les ruelles des quartiers, en chantant :
“ Arendrina ô, arendrina ô
  Arendrina taratasy ô
  May, may, may
  ' Zay tsy faly manao aminay “

Non pas pour me promener dans la rue avec, j’ai passé l’âge ; mais en effet, quelque part dans mes affaires, se dissimulent des énormes arendrina, pouvant servir de décoration en abat-jour suspendu (la raison pour laquelle je les ai), mais les couleurs ne correspondent pas pour l’heure avec l’ensemble.

L’arendrina ne semble pas s’identifier à un symbole ou un message en particulier, mais il fait bien partie intégrante des festivités de la fête nationale malgache. Vita malagasy (de fabrication malgache), il est classiquement de forme ronde, aux couleurs bien vives, du rouge au vert en passant par le jaune ou le violet, mais on assiste actuellement à l’arrivée massive des produits made in China les concurrençant, des lampions carrés jusqu’en forme de navire ou autre engin.

drapeau malgacheQuant au drapeau malgache, il a été adopté en 1958 en même temps que l’hymne national. Et de me demander quelle était la représentation, l’emblème de la Grande Ile avant cela… Car il devait bien en avoir un. Le drapeau malgache présente une bande verticale blanche du côté de la hampe et deux bandes horizontales rouge et verte du côté du battant.
Quelles interprétations donner exactement à ces couleurs ?

Le rouge symbolise la souveraineté, la force de l’Etat malgache.
Le blanc renvoie à la pureté de cœur et à la loyauté des Malgaches.
Le vert est synonyme d’agriculture, de biodiversité, mais aussi d’espoir pour un avenir meilleur.

Ou?

Rouge : couleur de l'argile qui revêtait les murs des maisons de l'Imerina, rouge comme le linceul des rois autrefois, ou, symbole du sang de zébu immolé pour le retournement des morts.
Blanc : comme le riz récolté mais aussi le lamba dont se drapaient les femmes.
Vert : compagnon des voyageurs avec le cocotier, le ravenala ou encore les rizi
ères

Une version officielle et fiable serait intéressante à lire.
En attendant, Arahaba tratry ny Asaramanitra !