J'ai toujours halluciné comment l'échange d'opinions, un débat, finit très souvent par être interprété comme une querelle. Parce qu'on n'est pas d'accord qu'on se dispute? On ne peut plus communiquer en toute franchise, au risque de froisser?
Un forum sur tsenagasy (section blog) l'a illustré il y a peu, parce qu'à priori, il est permis de participer, uniquement si les commentaires sont positifs. En effet, un(e) internaute a osé dire ce qu'il pense sur un blog se voulant médiatisé, et un enchainement de forumistes a exprimé qu'ils n'appréciaient pas le sujet, pour les raisons qu'ils leur sont propres. L'arme du modérateur finit rapidement par la menace de pouvoir pénaliser avec les IP de ceux qui critiquent. Dommage! Mais le net n'est pas le meilleur moyen de communication s'il faut être aussi fermé d'esprit. C'est un échange, et en assumer les tenants et aboutissants.
Je m'arrête à l'échelle malagasy pour cette fois, dont Barijaona vient de faire le tour de la blogosphère, skyblogs HJ. Mais j'imagine que bien sûr, nous sommes tous pareils à la dimension planétaire. C'est bien là tout le problème.

Je parle de ce post d'Elodieriana. Ce qui dérange, source de ce post, c'est la mixité des couples.
La société malgache reste très attachée à ses valeurs, et les villes restent suffisamment à l'échelle humaine pour que les "qu'en dira-t-on" se propagent comme la poudre. Et traversent les frontières.
Les valeurs sont une chose, coller à un moule en est une autre. Attention, si tu ne colles pas au moule, ou s'il s'agit d'un autre moule, t'as tout perdu. Le jugement dernier s'abat sur toi, ces juges ont le droit de te dire ce qui est bien pour toi tu comprends, les doigts se pointent sur toi (fady dans certains endroits de l'île), traîne ta croix, prends garde que ce soit la bonne.

Pourquoi faut-il nécessairement coller au pré-établi, au déjà-vu, au kit prêt à l'emploi à tout prix?
J'ai grandi et été éduquée au milieu d'une vingtaine de nationalités, en primaire, au collège, au lycée. Ces années importantes pour se forger ce qu'on deviendra, ce qu'on est. La meilleure école sur l'acceptation et l'affirmation de la différence. Notre fierté: le mélange des genres, un poster signée Benetton, la différence des cultures, pour des cultures différentes. La curiosité de savoir comment c'est ailleurs, et l'intelligence d'accepter qu'on ne fait pas tout comme nous, Malgaches aux rites et coutumes nombreux. Quelle ineptie de se refermer sur nous-mêmes, insulaires! La diversité ne peut représenter que richesse. Pouquoi s'arrêter à notre miroir? Le chauvinisme, le conservatisme ou la bêtise s'autosatisfont, à tort ou à tort.
Mais cette différence est différemment perçue de l'extérieur. Notre mixité représentant le monde évoluait en vase clos, au nom des jugements lambdas déjà prononcés pour ce qu'ils croient savoir, sur les rumeurs. Mais ils te croieront difficilement que les choses n'étaient pas comme ils le percevaient, mais la Cour s'est déjà retiré. Parce qu'on ne répond pas au moule.

Toute règle contient des exceptions. Et on ne fait pas fi de ces exceptions, elles confirment la règle. Mais si ce sont des exceptions, c'est que ces éléments ne répondent pas à la définition de la règle.

Certes, la course aux vazaha est une réalité, avec cette illusion (pour beaucoup) de leur portefeuille bien garni. Le tourisme sexuel fera l'objet d'un prochain post. Mais tous les couples mixtes ne sont pas le fruit d'un premier échange de service contre billet. Ni l'assurance d'une carte de séjour autre qu' "Elève/Etudiant".
Certes, les sites de rencontre se font de plus en plus nombreux ces derniers mois, et figurent dans les hits des clics sur 123madagascar mais juger et affliger une étiquette de matérialiste, ou de prostituée, toute malgache avec un vazaha, c'est de la connexion adsl non cryptée assurément! Car internet devient un outil de recherche très actif (rubrique fitiavana).

Pourquoi mon couple est mixte?
Un homme obstiné dans ses convictions avec la persuasion d'être le seul à avoir raison m'ennuierait au plus haut point. La communication apparaît primordial. Le débat est fructueux, dans la liberté et la franchise, la susceptibilité laissée de côté.
Pourquoi un homme aurait-il le droit de me juger? Mon père ne l'a jamais fait.
Quelle motivation et quelle justification aurais-je à m'affairer pendant qu'un homme se vautrerait dans le canapé, car le moule semble dicter que femme fait le ménage et la cuisine? Ca m'a frappée dernièrement quand les femmes gasy s'occupaient du barbecue, tandis que leurs maris gasy mataient la F1. Je suis de ces couples modernes, où femme et homme sont solidaires et égaux pour tout.
Un homme arriviste, dont la grosse voiture discrète est la seule chose qui brille chez lui et dont le reste déparaille, me ferait fuir en courant. Je suis allergique aux ploucs ainsi qu'au ridicule. Je suis entourée d'exemples et connaissances, où le parc automobile ferait des jaloux, mais à part ça...???
Etre présent dans les mondanités, soirées, ou autres rendez-vous pour y être vu ou parcourir notre riche planète: attention au choix, il est radical. Un homme curieux d'autrui me semble tout de même plus intéressant.
Et il n'y a pas d'illustration pour l'ouverture d'esprit, ça ne s'explique pas, on l'est ou on ne l'est pas. Les voyages sont sensés être formateurs. Il y a des exceptions...

Je ne dis pas que l'homme malgache répond à l'ensemble de ces "charmantes" qualités, heureusement que non, ce n'est ni une vérité, ni une affirmation, ni une règle, juste le tracé de ma vie. Tonnum correspond, et il se trouve que le degré de mélanine ne fait pas partie de mes critères. L'esprit buté, un peu plus...